Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce qu'un cycliste doit savoir sur la transmission du covid-19

Publié le par lescyclosdehan

Ce qu’un cycliste doit savoir du COVID-19

Ça fait des mois qu’on n’arrête pas d’être informés, désinformés, manipulés pour éviter que ce virus se propage dans notre population. On voit ce que ça a donné, notamment dans certains homes. Sans nécessairement faire tomber des têtes, il faudra quand même identifier les points qui ont foirés et comprendre pourquoi nous n’arrivons pas à la cheville des Hollandais ou des Suédois. En tous cas, les recommandations de l’O.M.S étaient parcellaires, utiles notamment en insistant sur l’hygiène des mains mais inconsistantes concernant la distanciation sociale. Le mètre cinquante reposant simplement sur le fait que la charge virale du postillon est supérieure à la charge virale d’une aérolisation.

Mais tel n’est pas mon propos aujourd’hui.

J’ai été, il y a une bonne dizaine de jours d’ici, interpellé par un article de la Libre Belgique, qui interrogeait un médecin, le Docteur Wathelet, qui, pendant une dizaine d’années a travaillé aux Etats-Unis, au sein d’une petite équipe, sur la transmission du coronavirus. Ses résultats ont été retranscris dans la revue Science, ce qui est quand même une référence.

Ses conclusions sont édifiantes, 80% des transmissions de coronavirus se font par aérolisation. Pour vous figurer ce qu’est l’aérolisation, figurez-vous à l’extérieur quand il fait bien froid. Quand vous expirez, vous voyez devant vous si vous êtes à l’arrêt et à l’abris du vent un nuage de vapeur qui est devenue visible par condensation. Eh bien ça, c’est votre aérolisation et si vous avez du covid-19 dans vos poumons, il sera aussi présent dans le nuage. Compris ? Le Dr. Wathelet, dans ses expérimentations, a fait courir des joggeurs en ligne dont certains atteints de corona. Dans cette configuration, il n’y a guère eu de transmission virale, pourquoi ? Parce que votre nuage d’expiration ne se trouve pas à côté de vous mais derrière vous. Il les a ensuite laissés courir l’un derrière les autres et là, la contamination a eu lieu. Il s’est ensuite intéressé à la distance qu’il devait y avoir entre chaque joggeur pour éviter la contamination. Sans grosse surprise, plus la vitesse augmentait, plus la distance entre chaque joggeur devait aussi augmenter pour éviter la contamination. Il a fait ensuite pareil avec des cyclistes et les conclusions étaient parfaitement identiques.

D’ici le 4 mai certaines activité sportives sont ré autorisées. Et notamment le cyclisme à deux.  D’après ce que vous avez lu précédemment, je suppose que vous vous rendez compte qu’il y a un risque certain à sucer la roue de votre prédécesseur… à moins de porter visière et masque ffp3. Mais là vous vous mettez un défi aérodynamique et respiratoire improbable même avec une dizaine de puff de symbicort…. Alors que faire tant qu’on n’est pas tous testés? Comme on ne peut être certain de personne à 100%, je vous conseille de rouler de front et que s’il faut vraiment se rabattre à droite pour laisser passer le trafic que vous gênez, que l’un des deux (le plus fort) ralentisse sans venir sucer la roue du copain et revienne ensuite à sa hauteur.

Bonne chance et bonne route rien de tel que le milieu naturel pour trouver son bonheur.

Votre serviteur Pharmacien et secrétaire du club à ses heures, Michel.

Commenter cet article